Maternité solitaire (suite)

« Je t’aime vraiment ma reine, n’en doute jamais », « toi et moi c’est à la vie, à la mort, je ne peux pas te laisser tomber. » 

(lire la première partie)

Inès connaissait cette mélodie. Thibault lui en a fait un matraquage ! Mais était-ce sincère ? Inès vivait sa grossesse avec ce genre de promesses. Promesses qui ne payaient pourtant pas les factures après consultation prénatale.

La relation de nos tourtereaux avait évolué, mais de quelle manière ? Souvenons-nous qu’Inès et Thibault sont en couple depuis un peu plus de trois ans déjà et attendent leur premier enfant. Souvenons-nous surtout que Thibault est un être animé par le nombre de victimes qui arrivent à assouvir sa soif de sexe ! Un homme avide du plaisir charnel comme on en trouve rarement !

Leur vie ensemble se portait très mal depuis la grossesse. Ils naviguaient en eaux troubles. Un tourbillon dont la profondeur était incalculable. Inès souffrait, elle pleurait. Oui ; elle regrettait son choix ! Pas celui de sa maternité à venir, mais celui du père qu’elle avait choisi pour cet enfant qui grandissait en elle.

femme-triste-pleure-mains

Et pourquoi tant de peine ?

Plus que jamais, Thibault chérissait le vice et ne s’en cachait pas. Il était loin d’avoir en souci de protéger cette femme qui l’avait tant aimé pour faire de son corps un tube incubateur et procréateur.

Notre Roméo du ghetto était devenu, en plus d’un grand infidèle, un grand drogué qui faisait de ses consommations de narcotiques sa priorité, délaissant sa belle sans aucun remord. Entre la marijuana et la thaï, Thibault ne savait plus où donner de la tête. En plus de sa drogue première, le sexe. Inès remarquait que son homme changeait sans vraiment comprendre ce qui tournait à contre-sens dans sa tête. Elle restait donc en éveil pour comprendre ce qui perturbe autant son homme.

Thibault devenait de plus en plus meconnaissable. Depuis son apparence physique jusqu’à son comportement. Il commençait à se négliger, son parfum devenait désagréable, ses attitudes détestables, sa soif d’argent incontrôlable ! « Mais que lui arrive t-il ? », s’interrogeait Inès.

Thibault, très jaloux par nature, devenait plus qu’aggressif avec sa belle. Il contrôlait ses faits et gestes, il voulait savoir qui l’appelle, qui lui écrit, interprétant tout comme de la tromperie vis-à-vis de lui. Pfff! Mais Thibault voyons, qui pourrait être plus infidèle que toi sur cette terre?

La situation se dégradait chaque jour un peu plus. Inès investiguait calmement et discrètement pour comprendre ce qui se passait dans la tête de son amoureux. La femme ! Malgré tout, elle reste soucieuse de ce qui turlupine un homme qui la battait alors qu’elle était enceinte, qui la traitait de tous les noms alors que lui-même n’arrivait pas assumer ses responsabilités envers elle. Un épouvantail que même six années de prières de délivrance ne pouvaient ramener à la vie et encore moins à la raison. Inès voulait l’aider.

Alors qu’ils avaient décidé de passer la nuit ensemble, Inès déjà à sept mois de grossesse. Monsieur ayant certainement pris sa dose, fatigué, il s’est endormi comme l’épouvantail qu’il était. Inès, comme à l’accoutumée, veillait sur lui. Et tout à coup, très tard dans la nuit, un message fit retentir le téléphone de cet impitoyable Thibault. Inès l’a lu. Elle n’aurait pas dû ! « Thibault réveille toi ! », lui a t-elle ordonné, sous le choc de lire ses correspondances avec son dealer.

Inès a donné naissance à une fille deux mois plus tard. Leur vie a profité des étincelles de cette nouvelle venue le temps que cela a pu durer. Mais Thibault, fidèle à lui-même, a vite repris le cours de sa vie… Entre drogue, sexe et violence en tout genre, Inès ne savait plus où se mettre.

Cette relation survivra-t-elle à autant de vent ?

3 commentaires sur “Maternité solitaire (suite)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *